Boox Note 3, tablette eInk sous Android.

  • par

Onyx Boox ne s’arrête plus. Après la Boox Max Lumi en 13 pouces et la Boox Note Air en 10 pouces, le constructeur chinois sort une nouvelle tablette eInk 10 pouces, la Boox Note 3. Est-elle intéressante comparées aux autres options? Nous allons tenter d’y voir plus clair.

Une tablette proche de la Boox Note 2

Son apparence, comme son poids et la plupart de ses composants de la différencient guère de la Boox Note 2, qu’elle vient remplacer. Elle dispose d’un écran 10.3 pouces Mobius (donc flexible, très résistant dans le temps, contrairement à l’écran Carta à base de verre de la Boox Note Air, ce qui mérite d’être souligné!) et ses évolutions par rapport à la Boox Note 2 sont un stockage en UFS 2.1 plutot qu’en eMMC, le bluethooth qui passe en génération 5, et le fait que la tablette tourne sous Android 10.

C’est plutôt mince comme mise à jour, et on aurait pu préférer qu’ils fournissent la mise à jour logicielle pour upgrader sa Boox Note 2 vers Android 10, plutôt que produire un nouvel appareil extrêmement proche de la Boox Note 2, et qui semble à l’heure actuelle être le seul moyen de bénéficier de la dernière version d’Android.

Boox Note 3 vs Boox Note Air.

Il me semble que pour qui est intéressé par une liseuse de chez Boox, la Boox Note 3 est un choix plus judicieux que la Boox Note Air. Bien qu’un peu moins épaisse que la Note 3 (5.8mm contre 7.1mm), la Note Air est plus lourde (420g vs 380g) et surtout elle est basée sur un écran Carta, avec une fine couche de verre, qui peut se casser facilement. Le design de la Note 3 est plus moderne et moins classique, et semble avoir été imposé par le fait de déporter l’électronique sur le coté de l’appareil. En terme de fonctionnalité les deux tablettes à encre électronique sont similaires, à la différence que la Note Air dispose d’un capteur de rotation permettant de passer automatiquement en mode paysage.

On est dans les deux cas au niveau logiciel sur du Android 10; avec la possibilité d’activer le Playstore et d’installer de nombreuses applications. On est donc loin de l’approche minimaliste qu’on retrouve chez d’autres appareils 10 pouces, comme la PocketBook Inkpad X qui est vraiment uniquement une liseuse, ou la reMarkable 2 qui est plus proche d’un cahier numérique. La Boox Note 3, comme la Boox Note Air peuvent très bien servir de liseuses 10 pouces. Dotées d’un éclairage adaptatif et de la possibilité de lire absolument tout type de fichiers, c’est un domaine dans lequel elles excellent. Néanmoins elles peuvent aussi servir à écrire, en y connectant un clavier, à éditer des documents, ou encore à lire et annoter des PDFs. A ce sujet on note la possibilité de diviser l’écran en deux et d’avoir d’un coté le document PDF, de l’autre le document de prise de note, ce qui peut s’avérer pratique.

Conclusion: grande polyvalence, mais à un certain prix

Dorénavant disponible chez Amazon, la Boox Note 3 est donc extrêmement puissante, comme la Boox Note 2, et très polyvalente, de part la possibilité qui nous est offerte d’utiliser le playstore. Mais par contre cela à un coût. Économique tout d’abord, mais ce n’est pas sur ce point que je veux ici insister. Si l’on suit l’historique de la marque, on peut constater qu’Onyx propose très régulièrement de nouveaux appareils, alors que les plus anciens ne sont pas mis à jour aux dernières version d’Android, quand bien même ils pourraient techniquement très bien le supporter.

Cette approche n’est pas sans poser question: nous ne sommes pas là sur de l’obsolescence programmée qui serait liée à un composant fragile dans la matériel même de la tablette, mais une obsolescence liée à la difficulté à mettre à jour sa machine après quelques années, quand bien même elle pourrait durer bien longtemps. Un logiciel libre (comme LineageOS pour les smartphones) pourrait permettre de contourner ce problème. Malheureusement Onyx ne publie pas librement certains éléments clefs de son code, comme pourtant la licence publique générale GNU (GPL) l’y oblige, ce qui rend cette perspective incertaine.

La Boox Note 3 est donc un très bon appareil, pour qui recherche une liseuse qui soit bien plus qu’une liseuse mais une véritable tablette Android, dotée d’un écran 10.3 pouces à l’encre digitale (eInk). On retrouve néanmoins certains aspects négatifs des tablettes: objets de grande consommation, les constructeurs – qui font leur bénéfice sur la vente de matériel – usent d’astuces pour pousser les consommateur à remplacer leur matériel rapidement. Cela n’est pas sans comporter un grand coût social comme écologique: il me semble préférable de favoriser des appareils ouverts et, par là durables quand c’est possible. Malheureusement, pour l’instant il n’y a pas vraiment d’alternative solide à ce que propose Onyx Boox, offrant autant de polyvalence mais avec plus d’ouverture, ou la garantie d’un suivi logiciel long terme.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.